D’année en année, les statistiques québécoises relatives à l’intégration des immigrants au marché du travail font état de peu de progrès. Ceux-ci affichent toujours un taux de chômage bien supérieur à celui de la population en général. État des lieux.

Un des problèmes majeurs auxquels se heurtent les immigrants lorsqu’ils tentent d’intégrer le marché du travail est celui de la déqualification, que d’autres auteurs nomment le déclassement.

Le phénomène de la déqualification

La déqualification consiste à accepter un emploi dont les exigences en matière de diplômes et de formation sont inférieures aux qualifications réelles du candidat. Par exemple, on occupera un poste qui ne nécessite qu’un diplôme de cinquième secondaire alors qu’on est titulaire d’un diplôme universitaire.

Ce phénomène, au lieu d’être passager, a tendance à devenir un cercle vicieux pour bien des immigrants. Ainsi, le diplôme d’un ingénieur étranger qui travaillerait comme vendeur dans un commerce de détail au Québec sera encore plus déprécié au bout de quelques années. Résultat : de nombreux immigrants se retrouvent coincés dans des emplois déqualifiant, un carcan dont ils ne parviennent pas à se libérer.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles avec en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou