Article publié dans l'édition Printemps 2020 de Gestion

Ne pas se sentir à la hauteur malgré les succès obtenus, l'expérience accumulée et toute l'expertise acquise : c'est ce que ressentent de nombreuses femmes dans le monde des affaires. Alors qu'on entend de plus en plus parler du syndrome de l'imposteur, peu d'études scientifiques existent sur ce sujet. Tour d'horizon.

Le syndrome dit de l’imposteur affecte certaines personnes qui, bien qu’elles possèdent toutes les compétences nécessaires à l’exercice de leur métier, ne se sentent pas à leur place et se déprécient constamment.

Autrement dit, elles ont l’impression de jouir d’un statut, d’occuper une fonction ou de faire carrière de manière frauduleuse. D’autres éléments peuvent compléter ce portrait de l’imposteur présumé : la crainte d’être démasqué, la difficulté à accepter des marques de reconnaissance, la propension à attribuer le mérite d’un succès à des facteurs externes (chance, équipe, réseau, etc.) ou encore la tendance à toujours vouloir en faire trop.

On comprendra aisément que ce mal-être s’accompagne généralement de détresse et de doute qui peuvent nuire au déroulement de la vie quotidienne des gens qui en souffrent. Bonne nouvelle, toutefois : l’imposteur en nous peut être apprivoisé.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou