Article publié dans l'édition Hiver 2021 de Gestion

Lorsque la multinationale américaine Lowe’s a fait sa première tentative d’acquisition de RONA, en 2012, plusieurs écologistes ont créé la surprise en défendant le quincaillier québécois pour le travail accompli.

« Nous avons commencé à récupérer et à recycler la peinture en 1996. En 2006, nous avons lancé une gamme de 1 500 produits écoresponsables, la marque Eco », se rappelle Robert Dutton, ex-PDG du groupe et professeur associé à HEC Montréal. « On a été les premiers à le faire au Canada. On avait des éco-comités d’employés et même un comité de développement durable chez les cadres. » Et depuis que Lowe’s a acquis RONA, en 2016, le quincaillier a augmenté le nombre de produits Eco à plus de 5 000.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se convertir à la consommation circulaire pour elles-mêmes et pour leurs clients. « Il y en a même davantage qu’on le croit en général », dit Fabien Durif, professeur titulaire au Département de marketing de l’ESG UQAM et directeur de l’Observatoire de la consommation responsable. « Elles modifient leurs procédés, leurs produits ainsi que la durée de vie et les emballages de leurs produits. »


LIRE AUSSI : « Du développement durable dans la gestion des ressources humaines »


Si des firmes comme Patagonia et Cascades ont fondé leur modèle d’affaires sur le recyclage, d’autres entreprises, établies depuis plusieurs années, en font maintenant l’essai. La société Piscines et spas Poséidon, à Longueuil, propose désormais la remise à neuf de vieux spas et répare des composantes comme les pompes, les commandes et les couvercles. Les Fromageries Bel (La Vache qui rit, Boursin, Babybel) ont considérablement réduit leur consommation d’eau et d’énergie. Michelin et Xerox ont tellement amélioré la durabilité de leurs produits qu’il devient plus rentable pour elles de louer leurs pneus et leurs imprimantes que de les vendre. Sans compter les expériences plus sociales comme Kijiji, principale plateforme canadienne de revente qui permet de donner une seconde vie à des millions d’objets, ou La Remise, une coopérative de partage où les résidents du quartier Villeray, à Montréal, peuvent emprunter des outils.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou