Ce n’est un secret pour personne : les arts et la culture sont le parent pauvre de la philanthropie. Selon un récent sondage1, on estime que ce secteur recueille seulement 5 % des dons des Québécois, comparativement à 56 % dans le domaine de la santé, 39 % pour l’enfance et la jeunesse et 2 % pour la lutte contre la pauvreté. Pourtant, le milieu des affaires se mobilise plus que jamais afin de soutenir artistes, manifestations culturelles et institutions diverses dans ce milieu. Aperçu de ce qui motive de généreuses contributions.

C’est leur passion pour les arts qui incite bien des gens d’affaires à dénouer les cordons de leur bourse. Par exemple, le milliardaire français François Pinault, fondateur du groupe Kering (autrefois PPR), est un grand amateur d’art moderne et possède environ 3 500 œuvres. Pour en faire profiter ses contemporains, il a acquis et fait rénover à grands frais le Palazzo Grassi et le musée de la Pointe de la Douane à Venise. En 2018, l’antenne française de sa fondation ouvrira ses portes à la Bourse du commerce à Paris. Les coûts des travaux, évalués à 100 millions d’euros, seront entièrement assumés par François Pinault.

Fondation Louis Vuitton

La Fondation Louis Vuitton à Paris.

Un autre magnat des affaires français, Bernard Arnault, à la tête du groupe LVMH, a pour sa part créé la Fondation d’entreprise Louis Vuitton. La construction du bâtiment ultramoderne qui abrite cette fondation à Paris a nécessité un investissement de plusieurs centaines de millions d’euros. On y a notamment aménagé un musée consacré à l’art contemporain et un auditorium.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou