Désireux de consolider leur clientèle et de créer de nouvelles sources de revenus, les Grands Ballets canadiens de Montréal se sont donné, au cours des dernières années, des objectifs précis dont un des éléments constitue une véritable innovation sur le plan de la gestion : revoir la mission de cette compagnie de danse. Récit d’une transformation qui a placé la danse-thérapie au cœur d’un positionnement unique dans le marché.

Inspiré par la théorie de la sélection naturelle de Charles Darwin, le directeur général des Grands Ballets canadiens de Montréal (GBC), Alain Dancyger, croit qu’une entreprise est semblable à un organisme vivant qui évolue dans un environnement où rien n’est stable. C’est pourquoi il a remis en question un des principes fondamentaux du management moderne, énoncé par les consultants et auteurs américains Thomas Peters et Robert Waterman1, selon lequel il faut se concentrer avant tout sur ses activités principales lorsqu’on dirige une organisation.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles avec en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou