Le Québec s’est taillé une place de choix dans le domaine des arts numériques. Qu’il s’agisse de jeux vidéo, de multimédia, d’effets visuels ou d’animation, l’expertise québécoise est internationalement reconnue et attire de grandes productions et des studios de renom. Mais comment relever le défi de la main-d’œuvre dans cette industrie où on s’arrache les talents ?

Bien peu de secteurs d’activité peuvent se vanter d’afficher une croissance aussi soutenue que celui des arts numériques. À lui seul, le segment du jeu vidéo croît de 16 % en moyenne depuis 15 ans, alors que la filière audiovisuelle (effets visuels et animation) connaît une croissance annuelle de 27 %.

Mais toute médaille a son revers : en effet, les différents acteurs du milieu s’entendent pour dire que la forte demande de main-d’œuvre, notamment dans certaines catégories d’emploi, exerce une pression sur la performance du secteur. « Notre industrie connaît une croissance en accéléré et doit relever des défis importants en matière non seulement de recrutement mais aussi d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre », souligne Catherine Émond, directrice générale d’Alliance numérique, le réseau d’affaires de l’industrie des nouveaux médias et des contenus numériques interactifs du Québec.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles avec en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou