Article publié dans l'édition Printemps 2022 de Gestion

Occuper le poste de PDG pour la toute première fois n’est pas une mince affaire. Un mauvais début peut teinter tout le mandat... voire y mettre fin prématurément. Comment augmenter ses chances d’éviter un faux départ?

Lorsqu’elle est devenue PDG de Promutuel Assurance le 16 décembre 2019, Geneviève Fortier s’est vu confier la tâche de gérer une révision du plan stratégique de l’organisation. Un défi de taille, dans cette structure particulière qui compte 16 conseils d’administration de mutuelles, en plus de celui du groupe. Mais bien d'autres surprises l'attendaient.

En effet, trois mois après sa nomination, le Québec est paralysé par la pandémie de COVID-19. D’un coup, une entreprise dans laquelle le télétravail était jusque-là demeuré un épiphénomène se retrouve avec tous ses salariés travaillant à distance. Quelques mois plus tard, Geneviève Fortier doit composer avec une cyberattaque dévastatrice qui rend les systèmes téléphoniques et informatiques inaccessibles pendant douze semaines. «Nous avions dû repenser notre organisation du travail lors de la pandémie et là, nous devions transférer nos activités de base sur des systèmes parallèles…», raconte-t-elle.

Pas de tout repos, la vie de PDG! Était-elle prête à affronter un tel feu roulant? «Ce que j’avais réalisé auparavant m’avait préparée, répond la gestionnaire. J’avais surmonté des crises dans mes postes précédents et je crois que ma manière de gérer celles qui ont frappé Promutuel m’a donné beaucoup de crédibilité.»

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou