Le monde de la gestion est traversé de certitudes et de postulats parfois discutables. Les rapports troubles entre la compétence et la performance en font partie.

Développer les compétences, croit-on, devrait conduire à une amélioration de la performance. On estime alors que l’efficience et l’efficacité à atteindre découleront d’une amélioration des comportements des employés ou des cadres concernés. Le lien entre compétence et performance se ferait donc quasi naturellement. Dans beaucoup d’entreprises, la gestion de la formation – ou, du moins, les raisonnements qui la sous-tendent – procède d’une série d’automatismes qui conduisent à un cercle a priori vertueux autour du couple « compétence-performance » et dont l’enchaînement peut s’articuler autour de trois relations causales précises et distinctes.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou