Qualifier le sociofinancement de phénomène marginal serait impensable de nos jours. L’an dernier seulement, il a permis d’amasser quelque 30 milliards $US à l’échelle internationale. À elle seule, la campagne orchestrée autour du jeu vidéo Star Citizen a constitué une véritable révolution avec un total amassé de 97 millions de dollars. Quels facteurs expliquent un tel succès et comment peut-on s’en inspirer ?

Il existe actuellement 1 250 plateformes de sociofinancement actives qui s’offrent aux créateurs du monde entier alors que le nombre de campagnes de financement réussies a déjà dépassé le cap du million en 2012. Mais aucune ne s’est autant démarquée que celle orchestrée autour du jeu vidéo Star Citizen, amorcée en 2012 et qui détient aujourd’hui le record Guinness en matière de sociofinancement, loin devant son dernier détenteur, qui avait réussi à amasser 17 millions. Et ce n’est pas fini : par exemple, le projet lancé par l’entreprise américaine Cloud Imperium continue d’engranger autour de trois millions $US chaque mois, avec des pointes qui atteignent parfois les huit millions.

Cette incroyable réussite repose en grande partie sur la notoriété et le génie de Chris Roberts, le concepteur du projet, à qui on doit aussi la création des célèbres jeux Wing Commander et Freelancer. Il est toutefois intéressant de savoir que c’est l’expertise d’une firme québécoise qui a permis à ce créateur américain de largement dépasser ses objectifs. « Après un début de campagne plutôt lent, le promoteur nous a demandé de concevoir un site Web alliant une plateforme de sociofinancement plus costaude et des outils de gestion de communauté performants », explique Marc Beaudet, président de la société Turbulent.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou