Article publié le 30 septembre 2020

L’ouverture et l’honnêteté d’un gestionnaire favorisent l’engagement des membres de son équipe. Mais comment faire preuve de transparence ?

En entreprise, être transparent signifie communiquer ouvertement et honnêtement avec les membres de son équipe, et mettre en place une culture où l’information peut circuler librement entre les personnes et les groupes de travail.

Cette qualité est de plus en plus recherchée au sein des entreprises. D’ailleurs, 87 % de la population souhaiterait travailler pour une organisation transparente, selon des résultats fournis en 2016 par Nielsen, une société mondiale de mesure et d’analyse de données.

La transparence ne veut pas dire qu’il faille connaître en détail les activités de tout un chacun. C’est plutôt s’assurer que tout le monde dispose des informations dont il a besoin pour faire son travail efficacement et pour prendre de bonnes décisions.

Quels sont les avantages ?

La transparence permet à tous les employés de comprendre ce qui se passe au sein de leur équipe, leur permettant ainsi de faire preuve d’un engagement plus important que dans un groupe, au sein duquel il y a peu d’ouverture. Les solutions qu’ils trouveront aux problèmes seront aussi plus alignées avec les besoins de l’entreprise.

En tant que gestionnaire, plus vous serez transparent, plus vos employés sauront quelle information aller chercher pour accomplir leur travail. Votre équipe sera plus à même de prendre des décisions éclairées et de s’entourer des bonnes personnes pour avancer.

Trois astuces pour une bonne transparence

  1. Déterminez quels types de détails révéler.

Pour renforcer la transparence, il est important de communiquer avec votre équipe tous les détails qui peuvent être pertinents pour elle. Toutefois, attention de ne pas révéler trop d’éléments, car certaines informations, par exemple celles qui sont confidentielles, ne sont pertinentes à partager. Il y a un risque à être trop transparent. Chaque entreprise doit donc déterminer son niveau de confort. Comment y parvenir?

Au sujet des projets

Lorsque vous partagez le statut de vos projets, évitez d’enjoliver la situation. Soyez honnête à propos des échecs, reconnaissez que les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, si c’est le cas. Partagez avec votre équipe ce que vous avez appris et comment vous prévoyez aller de l’avant. Assurez-vous que l’information fournie est représentative de la réalité.

Parlez des succès, des échecs et des défis. Cela vous rendra humain et augmentera la confiance entre vous et votre équipe en montrant qu’il est possible de grandir ensemble.

Rappelez-vous que les erreurs font partie de l’apprentissage. Le président-directeur général d’Amazon, Jeff Bezos, reconnaît d’ailleurs la valeur de l’échec. Dans une lettre adressée aux actionnaires de l’entreprise, en 2018, il déclarait : « Pour inventer, il faut expérimenter, et si vous savez à l’avance que cela fonctionnera, ce n’est pas une expérience. La plupart des grandes organisations adhèrent à l’idée d’invention, mais ne sont pas disposées à subir la série d’expériences ratées nécessaires pour y parvenir. »

Au sujet de l’organisation de l’équipe

Certains détails doivent absolument être fournis aux membres de votre équipe afin qu’ils comprennent l’organisation et les solutions mises en place. Sans ces informations, il sera difficile pour eux d’apprécier vos propositions ou de formuler leurs idées et leurs commentaires. Rappelez-vous que la transparence favorise grandement les échanges.

Annoncez les rôles et responsabilités et expliquez-les aux membres de votre équipe. Ils perdront ainsi moins de temps à chercher qui est responsable de quoi et à qui ils doivent demander de l’aide au besoin. N’oubliez pas non plus de partager les canaux de communication sur lesquels il est possible d’influencer les prises de décisions et les solutions.

  1. Avouez votre vulnérabilité.

Beaucoup de leaders n’aiment pas reconnaître qu’ils ne savent pas. Toutefois, si vous tentez de cacher votre ignorance, votre équipe le remarquera. Vous lui enverrez un mauvais message, soit celui selon lequel vous n’accordez pas d’importance à la transparence. De plus, pensez-vous vraiment que vos employés s’attendent à ce que vous sachiez toujours tout?

Pourquoi les leaders ont-ils peur de ne pas tout savoir? Certains gestionnaires pensent que leur équipe a besoin d’être rassurée par des certitudes. Cependant, de fausses certitudes sont bien plus néfastes pour le moral des troupes. Votre équipe aura le sentiment que son leader ne voit pas les défis à venir. Cela n’a rien de rassurant, au contraire. Ce qui sécurisera vos employés, c’est plutôt un leader qui connaît les limites de l’équipe ou de l’entreprise et qui prendra les bonnes décisions.

Attention : le pire moment pour camoufler la réalité est lors de la présentation des prévisions. N’essayez pas de faire passer vos intuitions pour des certitudes. Tout le monde sait qu’il est impossible de prédire l’avenir. Vous pouvez par contre présenter les éléments qui vous ont mené à cette intuition et parler des différents futurs potentiels. Prenez le temps d’écouter votre équipe sur leur propre vision de l’avenir. Il est bien plus efficace de s’organiser en groupe pour obtenir un futur positif que de jouer à l’autruche, en pensant savoir ce qui arrivera.

  1. Expliquez le processus de décision.

Le conférencier et auteur britannique Simon Sinek a déjà dit que « la transparence signifie fournir un contexte pour les décisions que nous prenons ».

Partagez, par exemple :

  • les étapes de réflexion, avant ou après la prise de décision et ce qui a mené l’équipe de gestion à prendre cette décision;
  • la gouvernance et les critères d’évaluation utilisés lors de la prise de décision;
  • les autres options considérées avant la mise en place des systèmes et des processus.

Si vous décidez, par exemple, de retourner au bureau en période de COVID-19, parlez des solutions qui ont été étudiées et mentionnez pourquoi certaines ont été rejetées. Expliquez vos priorités et les paramètres qui vous ont aidé à prendre cette décision.

Vous pouvez avouer que vous ne savez pas quelle est la meilleure décision et dire à votre équipe que vous aimeriez obtenir leur rétroaction à ce sujet. Toutes ces options sont transparentes et ne nécessitent pas de tout dire, juste d’expliquer les grandes lignes.

Rappelez-vous que la transparence, ce n’est pas de dire que vous savez tout et de tout partager, mais plutôt d’ajuster les informations en lien avec la situation et l’état des lieux, selon l’audience à qui vous vous adressez.

La maîtrise des détails à communiquer à votre équipe est la clé : qu’attendez-vous maintenant pour faire preuve de plus de transparence?

À lire pour approfondir votre réflexion : « Comment mieux communiquer avec son équipe? »