De nos jours, trois générations de travailleurs se chevauchent sur le marché du travail et bon nombre d’entreprises ont du mal à comprendre les valeurs et les processus de réflexion des nouveaux venus. Trois experts nous apprennent à mieux les comprendre afin de susciter une meilleure collaboration intergénérationnelle.

Génération Y, post-boomers, écho-boomers : les étiquettes varient, mais les préoccupations et les défis qui s’y rattachent demeurent. Comme le monde évolue beaucoup plus rapidement que les organisations, de nombreuses entreprises ont du mal à s’écarter de la perspective rigide voulant qu’il n’y ait qu’une seule bonne façon de faire les choses. Cette ancienne mentalité rebute la cohorte de libres penseurs qu’est la génération Y, laissant les organisations perplexes quant aux façons d’attirer et de retenir ces jeunes talents.

Des chercheurs sont toutefois très optimistes. Professeure au département de gestion des ressources humaines de HEC Montréal, Anne Bourhis a été témoin de l’importance croissante du processus de recrutement et de sélection des employés de la génération Y ces dernières années. « Il y a des choses que j’entends aujourd’hui qui se disaient à propos de la génération X et des baby-boomers à l’époque, assure-t-elle. Je pense qu’il s’agit plutôt d’un jugement des générations actuelles sur la génération future. »

Elle concède toutefois qu’il y a du vrai dans certaines perceptions ; le problème se trouve dans leurs interprétations. L’un des mythes les plus répandus au sujet des membres de la génération Y est qu’ils ne sont pas de grands travaillants, mais Mme Bourhis souligne qu’ils ont seulement des priorités différentes de celles des générations précédentes en ce qui concerne leur équilibre travail-famille. « Les employés de la génération Y dans le domaine du jeu vidéo, par exemple, n’hésitent pas à faire des semaines de 80 heures à l’approche du lancement d’un nouveau produit, explique-t-elle. La différence, c’est qu’ils ne veulent pas travailler à ce rythme en permanence. En laissant savoir à leurs employés de la génération Y qu’ils seront récompensés avec des périodes plus calmes et des congés par la suite, certains employeurs maximisent leurs talents. »

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou