Innover

Nintendo : passer au niveau supérieur?


L'entreprise nippone annonce son entrée, non sans craintes, dans l'univers du mobile.

28/10/2016

Pas facile de faire bouger les choses, lorsque vous êtes une entreprise plus que centenaire! Même en évoluant dans un domaine d’affaires à la fine pointe de la technologie, certaines conceptions sont parfois si encrassées qu’elles en deviennent presque dangereuses pour la survie même de l’entreprise!

DonnéesPrenez le cas de l’entreprise japonaise mondialement connue Nintendo. Vieille de 127 ans, Nintendo a évidemment acquis au fil des décennies des façons de faire et des convictions bien à elle, renforcée en cela par l’énorme succès remporté par l’entreprise, notamment depuis la décennie 1980. Mario, Zelda et Donkey Kong sont bien plus que de simples personnages propres à l’univers Nintendo, ils sont devenus de véritables divinités de la mythologie du jeu vidéo. De fait, dix-sept des vingt-cinq jeux vidéos les plus vendus de tous les temps sont le fait de Nintendo. De quoi faire entrer des trillions de yens dans les coffres de l’entreprise, et causer au passage de nombreuses « nintendites », ces maux de poignet que tous les insatiables joueurs ont ressenti un jour ou l’autre!

Une quiétude trompeuse?

Férocement attachée à son modèle d’affaires basé sur la vente de consoles et des jeux qui y sont associés, l’entreprise de Kyoto a eu, durant des années, la main haute dans le domaine. Mais voilà, o tempora, o mores… Autres temps, autres mœurs et, surtout, autres modes de consommation! Confrontée au feu nintendonourri des mastodontes que sont Sony, avec sa console PS4, et Microsoft, avec sa XBox One, Nintendo peine depuis quelques années à reprendre la place de meneur qu’elle occupait. La raison? Son entêtement à demeurer confinée dans la production de consoles de jeux, un créneau aux fortes marges bénéficiaires qui constituait, comme l’avance The Economist dans son article intitulé « Jump-start », entre 50 % et 60 % du chiffre d’affaires de l’entreprise depuis 2005. Et si Nintendo a pu faire de la console Wii, lancée en 2006, un véritable succès commercial, ce même succès fut loin d’être atteint par la console suivante, la Wii U, arrivée sur le marché en 2012.

C’est que le marché change également, et la tendance lourde est à l’heure actuelle aux jeux vidéos joués sur téléphone intelligent ou sur tablette. En bref, la mobilité du smartphone supplante la sédentarité de la console de jeux, un fait que Nintendo a tardé à reconnaître, et s’éloignant du coup d’une importante cohorte de joueurs ayant migré vers ces nouvelles plateformes. La faute aux dirigeants? Certainement! Le défunt grand manitou de l’entreprise, Satoru Iwata, n’avait-il pas déclaré que « Nintendo cesserait d’être Nintendo si elle s’engageait sur la voie du mobile »?

Seuls les fous ne changent pas d’idée!

Ce qui apparaissait une hérésie il y a seulement quelques années est en voie de devenir la direction à prendre pour Nintendo. L’entreprise annonçait récemment, conjointement avec son partenaire Apple (voir la vidéo en tête d’article) l’arrivée de Super Mario Run, le tout premier jeu de l’entreprise spécifiquement conçu pour le super-mario-runmobile. Prévu pour la période des Fêtes à venir (curieux hasard?), le jeu sera disponible sur plateforme iOS (Apple), puis sur plateforme Android (Google) l’an prochain. Autre pas vers un certain type de mobilité, la console Switch, dont les mordus de la marque nippone ont pu avoir un aperçu dernièrement avec le lancement de la vidéo promotionnelle, débarquera sur les tablettes des magasins en mars prochain. Comme vous pourrez le constater lors du visionnement de cette promo (voir ci-bas), la console permettra aux joueurs de passer de la sédentarité au nomadisme en un tournemain.

Ce virage vers la mobilité pourra-t-il permettre à Nintendo de reconquérir les cœurs et les portefeuilles des inconditionnels de la marque? En telle matière, les réalités du marché sont une chose, mais la volonté des dirigeants en est une autre! Dans les couloirs de l’entreprise, rapporte The Economist, on rapporte que les bonzes de Nintendo formulent le vœu secret que ce virage vers le mobile ne soit qu’un hameçon afin d’appâter les consommateurs… vers l’achat de consoles. Certaines idées ont la vie dure!



Laisser un commentaire