S'informer

Australie

Le miracle australien


Le pays affiche une performance économique sans pareil depuis un quart de siècle.

01/07/2016

Peut-être parce que le pays est aux antipodes, mais les nouvelles en provenance d’Australie semblent nous parvenir au compte-gouttes. Et pourtant, nous aurions tout intérêt à jeter un œil plus souvent à ce qui se passe dans ce pays insulaire, notamment au chapitre de l’économie.

25 ans de croissance!

TrimestresCar à bien des égards, l’Australie est un modèle de croissance remarquable. Imaginez! Comme l’illustre le tableau ci-contre, le pays entre aujourd’hui dans son centième trimestre consécutif sans récession! L’Australie connaît donc une croissance nulle ou positive de son produit intérieur brut (PIB) depuis le troisième trimestre de l’année 1991, voilà donc un quart de siècle. Une performance remarquable que l’on peut attribuer à certains facteurs bien précis, comme le signale Jamie Smyth, dans son article publié sur le site Internet du Financial Times (lire « Australia reaches milestone of a quarter-century of growth »):

  • Les gouvernements australiens successifs, sans tomber dans un néolibéralisme à tout crin, ont progressivement mis de l’avant des politiques plus libérales et moins réglementaires au courant des décennies 1980 et 1990. Déréglementation du marché du travail et du système financier australiens, abaissement des barrières tarifaires : autant d’éléments qui auront résulté en un accroissement de la compétitivité des forces vives du pays;
  • La Reserve Bank of Australia, la banque centrale du pays, s’est distinguée de ses consœurs des pays développés en n’abaissant pas trop les taux d’intérêt durant la décennie 2000. Ce faisant, le pays, tout comme le Canada Australie comparatifd’ailleurs, a ainsi pu échapper à la crise des subprimes américaine et à la crise financière mondiale qui s’ensuivit;
  • Les gouvernements en place, de la fin des années 1990 au début du nouveau millénaire, ont réussi à maintenir l’équilibre budgétaire des finances publiques 10 années sur 11, et ce même lors de la tourmente financière de 2007-2008;
  • Tout comme le Canada, le pays appuie une bonne partie de sa croissance économique sur l’extraction et l’exportation de matières premières (fer, nickel, bauxite, cuivre, or, argent, uranium), majoritairement vers le marché asiatique tout près.
  • Terre d’accueil, l’Australie a pu compter au cours des dernières années sur une forte immigration, de même que sur une croissance démographique appréciable.

Voilà donc l’essence du miracle australien.

Des nuages à l’horizon?

Sydney Australie
Vue aérienne de la métropole, Sydney.

Certains craignent toutefois que cette lancée australienne n’en vienne à s’essouffler éventuellement. Du fait de la vigueur économique du pays et de la richesse ainsi engendrée, l’immobilier est devenu quasi inabordable dans les grandes agglomérations. L’exemple rapporté par Vera Sprothen dans son article publié sur le site Internet du Wall Street Journal (lire « Think New York Housing Is Expensive? Try Wollongong ») donne froid dans le dos : un jumelé donnant sur la plage, avec deux chambres et une petite cour arrière, le tout en banlieue de Sydney, s’élève à 1,5 million de dollars australiens, soit à peu près l’équivalent en monnaie canadienne. D’autre part, les Australiennes et les Australiens sont en voie de devenir les plus endettés de la planète, avec un passif équivalent à 194 % de leur revenu annuel. Et tout cela, sans compter la chute des prix des matières premières et la dépendance de l’économie australienne aux marchés asiatiques, et plus précisément au marché chinois qui connaît, on le sait, un sérieux ralentissement depuis quelques mois.

Tout comme son animal emblématique, l’Australie saura-t-elle rebondir, si les menaces ci-haut évoquées venaient à se concrétiser?



Laisser un commentaire