Découvrir

Arrogance

Quand «incompétence» rime avec «arrogance»…


Grand parleur, petit faiseur?

12/11/2016

Le principe de PeterLe bon vieux principe de Peter… Vous connaissez? Énoncé par les psychologues Laurence J. Peter et Raymond Hull dans un livre publié en 1970 et devenu un best-seller depuis, ledit principe énonce que « […] dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence ». Le fait est, et nous pouvons sans doute tous témoigner de la chose tout au long de notre parcours professionnel, qu’il nous arrivera de tomber une fois sous les ordres (parfois incohérents!) d’un incompétent. C’est quasi inévitable!

Et lorsqu’une telle chose se produit, une question surgit immédiatement à notre esprit : « Comment se fait-il que cette personne ait été nommée à ce poste? ». Et cette question a son importance! S’agit-il d’une erreur des experts en ressources humaines? De la haute direction? L’incompétent aurait-il réussi à dissimuler ses faiblesses à ce jour?

ArroganceUne partie de la réponse nous est apportée par Tomas Chamorro-Premuzic, dans son article « Why Do So Many Incompetent Men Become Leaders? », publié sur le site Internet de la Harvard Business Review. Selon le professeur à la University College de Londres, la présence d’un certain nombre d’incompétents aux postes clés d’une entreprise ou d’une organisation serait d’abord et avant tout le fait des hommes! Surpris par la chose? Peut-être pas, si l’on considère que, dans le cas des hommes, ces derniers seraient plus enclins, dans l’exercice de leurs fonctions et du leadership qui y est inhérent, à masquer leurs lacunes par des démonstrations d’arrogance ou de charisme, ce que nous avons aisément tendance à confondre avec les traits d’un meneur.

Arrogance, charisme… Ça évoque quelque chose? Il s’agit là de caractéristiques associées à l’individu narcissique, individu dont nous avons cerné la nature dans l’un de nos précédents articles (lire « Le narcissique dans l’organisation »). Bon nombre d’études, dont celle menée par Amy B. Brunell et ses complices¹, indiquent que dans le cas de groupes dont le niveau de cohésion exergueest faible, une personne porteuse de traits narcissiques a plus de chances d’émerger comme leader que dans le cas d’un groupe soudé ou cumulant plusieurs mois ou années d’existence. Et pour ajouter au portrait, certaines autres études démontrent également que les hommes ont tendance à surévaluer leur intelligence et leurs compétences, tout comme ils sont également plus enclins à mettre de l’avant des comportements ou des attitudes empreints d’arrogance et de manipulation.

Évidemment, nos patrons masculins ne sont pas tous à mettre dans le même panier! Mais ce qui ressort de ces études, c’est que la qualité du leadership ne se définit pas en fonction d’un genre ou d’un autre, mais bien davantage par la présence (ou l’absence, c’est selon!) de traits de caractère tels l’humilité, l’empathie ou l’intelligence émotionnelle, pour ne nommer que ceux-ci. Et à ce compte, force nous est de reconnaître, messieurs, que ces dames sont sans doute mieux équipées que nous le sommes, et le montrent plus souvent dans le feu de l’action…

Méfions-nous donc de ceux qui claironnent fort et qui bombent le torse!

¹  Brunell, A. B., Gentry, W. A., Campbell, W. K., Hoffman, B. J., Kuhnert, K. W., & DeMarree, K. G. (2008). « Leader emergence: The case of the narcissistic leader ». Personality and Social Psychology Bulletin, 34(12), pp. 1663-1676.

 


Une personnne remplissant le test Myers Briggs

Dis-moi quel est ton profil…

Tous ont passé, à un moment de son cheminement personnel, académique ou professionnel, le célèbre test élaboré par Katharine Cook Briggs (1875-1968) et sa fille Isabel Briggs Myers (1897-1980), mieux […] Lire la suite

selfie business man

Le narcissique dans l’organisation

Ils sont habiles, consciemment ou inconsciemment. Ils transpirent la confiance, parfois même l’arrogance, et, au premier abord, ils impressionnent. Pourtant, comme le signale à juste titre le professeur Tomas Chamorro-Premuzic (lire « Pourquoi […] Lire la suite

Client perdu

Ne me quitte pas…

Avant d’offrir, comme Jacques Brel l’a si joliment écrit dans Ne me quitte pas, « Des perles de pluie / Venues de pays / Où il ne pleut pas » à ces clients qui nous ont […] Lire la suite


5 réflexions sur « Quand «incompétence» rime avec «arrogance»… »

  1. Excellente lecture qui invite forcément à une autoévaluation périodique.

    Répondre
    1. Asma El Alami dit :

      Auto-évaluation !!! Leur arrogance leur fait croire qu’ils sont au dessus de tout.

      Répondre
  2. FREDERIC D'ALBRONN dit :

    On parle beaucoup du principe de Peter, qui stipule une ambition vers des responsabilités toujours plus élevés… Mais par contre, je n’ai jamais trouvé de débat autour d’une autre question voisine: Les effets psychologiques d’une responsabilité énorme que l’on a pas souhaité, mais que le hasard professionnel a provoquée… j’ai vécu dans ma société la nomination inatenndue, y compris pour l’intéressé, d’un Directeur commercial qui manageait quelques personnes, au poste de Président de la société… et les effets incoyables que cela à provoqué sur le comportement de cette personne, et sur le management de la société…

    Répondre
  3. Michèle Appourchaux dit :

    Petit narcissique deviendra grand pourvu que l’organisation lui prête vie…..La responsabilité de ses dirigeants, de toutes les lignes managériales, des représentants du personnel,… mais aussi des salariés, est de rester vigilants quant à la cohésion des équipes de travail et aux dérives comportementales possibles. Les dégâts peuvent être importants pour la santé de tous et aussi celle de l’entreprise !

    Répondre
  4. Un très bon article qui résume bien les traits de caractères et les comportements que ces individus utilisent pour manipuler et détruire des employés clés et souvent l’organisation va en souffrir pendant plusieurs années. Ces individus sont des experts dans leurs façons de faire et leur ADN d’agir est programmé par la manipulation et le mensonge afin d’être reconnu et honoré au détriment de tous. Le respect très peu pour eux, même envers leurs supérieurs qui les ont nominés. Leur plus grande motivation dans la vie pour eux: « tout pour moi, juste pour moi ». Mais un jour ou l’autre « le principe de Peter » va les frapper de plein fouet.

    Répondre

Laisser un commentaire