Agir

agile

Votre organisation est-elle agile?


La route est longue afin d'y parvenir, mais les gains sont alléchants!

22/04/2016

L’agilité organisationnelle… On en parle, on la devine, on la souhaite, sans toutefois pouvoir la définir précisément. Faites le test et demandez à votre entourage ce que ce concept signifie et ce qu’il comprend. Vous serez surpris d’entendre, de la bouche de vos interlocuteurs, de multiples réponses. Heureusement, les ressources de tout acabit ne manquent pas afin de mieux cerner la nature de cette méthodologie particulière. Et parmi celles-ci, le Centre d’étude en transformation des organisations (CÉTO) de

Nathalie Lemieux
Nathalie Lemieux

HEC Montréal proposait récemment un séminaire intitulé « Agilité organisationnelle et changement agile : quelques pistes de

réflexion », question de faire le point sur l’état des connaissances à ce sujet. Animée par la professeure Nathalie Lemieux, de l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM, cette rencontre aura permis aux participants de mettre à jour leurs savoirs sur l’agilité organisationnelle et d’échanger à ce propos.

L’agilité organisationnelle, en quelques mots

L’agilité organisationnelle, a rappelé Nathalie Lemieux, est une méthodologie qui a initialement été créée dans le contexte précis de projets menés en technologies de l’information. Mais au fil des ans, la méthodologie a progressivement essaimé et est

Manifeste agile
(source : http://agilemanifesto.org/iso/fr/)

aujourd’hui employée dans nombre de contextes organisationnels. Pourquoi? Parce que les environnements interne et externe propres aux organisations sont devenus si complexes, si dynamiques, qu’il est aujourd’hui devenu incontournable de pouvoir réagir rapidement, de se reconfigurer en fonction des aléas de ces mêmes environnements.

Évidemment, le cadre restreint de la présentation de la professeure Lemieux et du présent article ne permet pas d’élaborer à fond sur la nature du concept¹. Toutefois, cette dernière a rappelé qu’une organisation agile est celle qui met en place des équipes auto-organisées et de petite taille, qui enjoint ces équipes à s’ouvrir à l’environnement en accueillant le client dans le processus réflexif tout en avançant vers la réalisation des objectifs en itérations rapides et fréquentes.

Le changement, encore et toujours!

Mais au-delà de la définition de la méthodologie, c’est surtout sur les conditions d’implantation de cette dernière qu’il faut s’attarder, a mentionné à juste titre Nathalie Lemieux. Une organisation souhaitant développer l’agilité en ses murs doit nécessairement envisager un changement culturel et systémique majeur. L’agilité ne s’improvise pas, elle s’implante progressivement, et ce dans bien des sphères d’action de l’organisation, que ce soit…

  • en communiquant et conversant davantage, histoire de favoriser les apprentissages et de stimuler l’effort de rétroaction chez les employés;
  • en favorisant une culture de prise de risque et du droit à l’erreur²;
  • en s’assurant de l’engagement de la haute direction;
  • en travaillant sur des changements à plus petite échelle;
  • et en mesurant ces changements organisationnels nécessaires non plus seulement en termes financiers.

En somme, a conclu Nathalie Lemieux, le développement et l’implantation heureuse d’une méthodologie agile doit s’appuyer sur l’internalisation du concept, bref sur son adaptation au contexte spécifique à l’organisation. L’élaboration d’une boîte à outils, et ces derniers ne manquent pas en méthodologie agile, constitue à cet égard un premier pas essentiel, question de donner aux exergueintervenants en milieu organisationnel tout ce dont ils ont besoin afin de faire migrer l’organisation vers l’agilité. Par la suite, la formation d’un nombre somme toute important de gestionnaires aux tenants et aboutissants de la méthodologie et la responsabilisation de ces derniers par rapport au processus en cours s’avèrent tout aussi décisifs.

Les gains potentiels de la méthodologie agile sont, de prime abord, alléchants. Mais, comme l’a laissé entendre Nathalie Lemieux lors de son intervention à ce séminaire du CÉTO, et appuyée en cela par Darrell K. Rigby, Jeff Sutherland et Hirotaka Takeuchi dans la toute dernière mouture de la Harvard Business Review (lire leur article « Embracing Agile »), la route est longue et ardue afin d’en cueillir les fruits! Votre organisation est-elle prête à cheminer vers l’agilité?

¹ Pour une vision plus complète de la méthodologie agile, consulter le Agile Manifesto.

² Lire à ce sujet notre article « Faire l’apologie de l’échec ».



Laisser un commentaire