Agir

Contrer les impacts néfastes du stress dans les organisations grâce au soutien social

Contrer les impacts néfastes du stress dans les organisations grâce au soutien social


Quels comportements peut-on encourager et favoriser?

06/11/2017

Qu’entend-on exactement par soutien social? Quels types de comportements peut-on encourager pour augmenter celui-ci en milieu de travail?

Connaissez-vous la Fête des voisins? Il s’agit d’un événement annuel ayant lieu la première semaine de novembre soutenu par le Mouvement Santé Mentale Québec. Cette année, elle se déroule cette semaine, du 6 au 12 novembre. L’objectif de cette fête est d’inciter les milieux de travail à organiser des activités pour favoriser les liens sociaux entre collègues de travail. Petit-déjeuner, pause, 5 à 7, activité ludique… Tous les prétextes sont bons!

Cet événement est en réalité une initiative visant le développement du soutien social en milieu de travail, qui est reconnu comme un facteur significatif de protection contre le stress professionnel. Plus un milieu de travail favorise ce soutien, mieux les employés se porteront. La promotion de la santé psychologique en milieu de travail est un élément clé de la performance des organisations.


LIRE AUSSI: Comment le stress minera-t-il votre organisation?


Le soutien du gestionnaire envers l’employé

« Le soutien des gestionnaires est l’un des facteurs parmi les plus déterminants pour la santé psychologique au travail. » Ces derniers peuvent manifester ce soutien de trois principales façons :

Les gestionnaires peuvent d’abord offrir un soutien instrumental. Il est question ici des mesures qui répondent à des besoins matériels ou qui s’assurent que l’employé a en sa possession les outils dont il a besoin pour compléter ses tâches : l’équipement, le temps, les ressources ou l’ajustement de la charge de travail, par exemple.

Ils peuvent également fournir un soutien informationnel. Par exemple, les gestionnaires peuvent s’assurer de formuler des indications et des attentes claires aux employés afin d’éviter les incertitudes et les ambiguïtés.  Ce type de soutien inclut également l’accueil et la formation ainsi que toute forme de rétroaction  pour reconnaître et souligner les compétences des employés. Il peut également s’agir d’informer les employés de tout changement au sein de l’organisation ou même de référer un employé vers une ressource appropriée, soit au sein de l’organisation ou à l’externe, au besoin.

Finalement, les gestionnaires peuvent aussi proposer un soutien émotionnel en favorisant l’expression des difficultés dans un climat de confiance et d’ouverture, en vue de leur résolution éventuelle. Pour ce faire, des comportements qui permettent le partage et l’échange au sujet des situations difficiles seront favorisés, que ce soit par la consultation des employés sur les irritants vécus au travail et les solutions à privilégier ou par la mise en place de moments d’échange en équipe, par exemple.

De l’employé envers son gestionnaire

On sait maintenant que les employés, tout comme les gestionnaires, peuvent avoir un impact significatif sur le bien-être en milieu de travail. Mais les employés eux-mêmes peuvent agir sur le bien-être de leurs gestionnaires et ce à travers l’adoption de comportements de « followership ». Il s’agit de la façon positive dont les employés réagissent au leadership de leurs supérieurs. Ainsi, un leadership positif peut se mesurer à travers les comportements des employés et leur propension à suivre et à soutenir leur gestionnaire.

Une étude récente de St-Hilaire, Gilbert et Brun (2017) met en lumière certains comportements de « followership » des travailleurs, ou les pratiques de travail, qui protègent la santé psychologique des gestionnaires. Ces comportements ont été catégorisés en six thèmes : les pratiques de soutien, les pratiques d’affiliation, les pratiques contributives, les pratiques relationnelles, les pratiques informationnelles et les pratiques éthiques.

On retrace, à travers ces catégories, plusieurs comportements qui réfèrent à différentes formes de soutien social des employés envers leurs gestionnaires :

      • offrir son aide au gestionnaire;
      • remplacer ponctuellement le gestionnaire pour certaines tâches;
      • exprimer son support ou sa satisfaction à son gestionnaire;
      • tenir son gestionnaire informé de toute situation pertinente;
      • montrer des signes de respect et de considération;
      • etc.

LIRE AUSSI: Pourquoi est-il important de se préoccuper de la santé psychologique des gestionnaires ?


Le soutien des employés entre eux

On ne choisit pas nos collègues de travail. Certaines relations en milieu de travail s’avèrent d’ailleurs parfois toxiques. Les employés peuvent reconnaître « leurs alliés » par l’impact positif que ces derniers ont sur leur bien-être. Le fait d’entrer en contact avec ces personnes les aide à mieux composer avec les difficultés et à relever les défis qu’ils rencontrent quotidiennement. Ainsi, le soutien social entre collègues peut prendre forme dans des relations fondées sur la confiance, l’empathie, la réciprocité et l’entraide. Il se manifeste de différentes façons :

    • écouter et apporter du réconfort;
    • aider un collègue à la réalisation de ses tâches;
    • démontrer un intérêt pour un collègue, ses bons coups, ses préoccupations, etc.;
    • s’assurer d’intégrer un collègue dans les activités ou les réunions qui le concernent;
    • communiquer les informations essentielles à la réalisation d’un travail;
    • participer à des échanges informels et agréables pendant les périodes de pause;
    • etc.

Non seulement les employés et les gestionnaires bénéficient des comportements de soutien social des uns et des autres, mais les organisations en ressentiront également les effets. Elles ont donc tout intérêt à favoriser ce soutien social et à maintenir ces comportements en milieu de travail.



Une réflexion sur « Contrer les impacts néfastes du stress dans les organisations grâce au soutien social »

Laisser un commentaire